[AR#001] Placoplâtre - S​-​T

by Placoplâtre

/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.

      name your price

     

1.
02:49
2.
3.
4.
05:32
5.
04:35

credits

released January 24, 2014

Enregistré.

tags

license

about

Ascèse Records Castres, France

Ascèse est la proposition d'un refus du Tout absolu : religieux, métaphysique, moral et politique. Le négatif de Tout. Ils nous appelleront ainsi le Vide. Le Vide tragique face à l'absurdité du monde tel qu'il est, la négation de ses valeurs morales et de son fonctionnement. Ascèse, c'est un rituel punitif et sexuel infligé à un monde bien trop ouvert et frigide à la fois. ... more

contact / help

Contact Ascèse Records

Streaming and
Download help

Track Name: INTRODUCTION
Coucou.
Y a aucune transition
Y a aucune sommation
Y a aucune vérification de l’être humain dans son acte substantiel.

J’me branle sur des mots à défaut de dos de nymphettes disponibles. Ejaculation verbale. Première salve. Champ lexical.

Le Dieu Frustration maintient tout mes nerfs en alerte, en attente de la prochaine attaque venant du xéno-espace entourant mon précieux corps. Le xéno-espace est mauvais, le xéno-espace comprend la vie pullulant la planète et me voulant du mal parce que ça ne peut être autrement.

Le Dieu Frustration est bon, car il permet à l’homme de rester da ns ses zones de confort tout en ayant l’impression d’en sortir et de rater. Ce qui est bien pour notre sécurité. Il noue ma bite et mes nerfs dans un confort parfaitement inoxydable.
Track Name: MON OREILLER A PORTÉ PLAINTE POUR MOLESTATION
A quatre heures trente du matin, dans le xéno-espace, de pauvres hères hébétés cherchent l’amour dans les jantes d’une voiture d’occasion. Je cherche l’amour dans ma tête et a déjà franchi les limites de la libération sexuelle, et ce avec la plupart des xeno-personnes de sexe féminin qui sont à mon gout.

MON OREILLER A PORTÉ PLAINTE POUR MOLESTATION ET MES SOUS-VÊTEMENTS MACULÉS DE LESSIVE HUMANITAIRE SE SONT CONSTITUÉS PARTIE CIVILE.

A demi crevés sous les ponts, le peuple de France et de Navarre se touche l’anus à la recherche d’un peu d’affection et de contact humain. C’est bizarre de constater que les endroits les plus bondés sont souvent les plus solitaires. Je ne me sens jamais seul qu’avec la multitude d’individus inconnus parsemés de part la ligne de métro numéro 15 ou C ou Q et re Q et re Q et re Q ET MERDE.

La multitude c’est le piège de la société. La société c’est le piège de la politique. La politique c’est le piège de la multitude.

La mort et moi on a synchronisé nos montres en cas de besoin pressant d’ailleurs on se donne rendez vous tous les ans pour un check up ordonné. La mort est un psy gratuit qui ne te rend normalement visite qu’une fois mais j’ai mes habitudes. On est de grands copains. Elle me fait des prix sur du contenu téléchargeable sur son site. Son site est très beau. Tout comme elle. Je lui ai déjà pissé dessus dans ma tête. J’ai eu une grosse note d’hôtel pour l’occasion, mais la CAF est tombée alors rien à foutre.

MON OREILLER A PORTÉ PLAINTE POUR MOLESTATION ET J’AI GAGNÉ MON PROCÈS CAR JE CONAISSAIS DES GENS TRÈS IMPORTANTS, SI IMPORTANTS QU’ILS M’ONT APPORTÉ DES GÂTEAUX A LA PISTACHE PLAQUÉS OR. C’ÉTAIT DÉGUEULASSE.

Dans un studio, la pression retombe difficilement et je me relance un film bizarre qui éveille dans ma tête des trucs pas très nets et m’engouffre sous la couette dans un espoir de sommeil précis et définitif mais ça ne marche pas alors je me finis et ça marche.
Track Name: QUARTIERS DE POMME FRELATÉE
Je change de lieu comme de fréquentations.

Je bois du Bailey’s parce que c’est une synthèse parfaite du biberon de l’enfant et l’alcool plongeant le nouvel adulte dans l’alcoolisme, la dépression et le meurtre. Parce que ce genre de trucs m’excite, parce que, quelque part, nous vivons tous dans le cliché.

Résultat : je passe pour un pédé aux yeux des gens branchés de ce bar branché que j’ai envie de brancher au secteur qui se trouve dans le côté droit du bar. Avec des films de cuivre rouillés de telle sorte qu’ils chopent le tétanos en plus de 230 Volts dans leur gueule.

Je bois de la crème de whisky avec trois glaçons et demi. Les gens se jettent des quartiers de pomme à la gueule, on fête un anniversaire. Ou pas. J’attends un concert obscur et je n’ai personne avec qui partager l’événement qui est presque une condition sine qua non de mon existence. Je me métamorphose en ce connard qui en fait des caisses en concert et qui emmerde les autres. Mais j’ai pour moi le fait qu’au moins, je fous une certaine forme d’ambiance festive au milieu de cette foule de téléphones portables sur place, comme si l’artiste sur scène était un messie qu’on ne peut voir de ses propres yeux. JE SUIS LE SEUL APÔTRE DE L’OFFICE MUSICAL ACTUEL.

Après le concert, les quartiers de pommes ont pourri sur le sol, ça collait. Le sol est une compote pourrie et les gens bourrés viennent se couvrir de la bouillie infâme comme si elle était un masque de beauté à base d’organismes décomposés ; paradoxe cosmétique n’étant finalement que le fruit de la société de consommation telle qu’elle peut être perçue par des proxénètes décadents ayant un fétichisme fruitier prononcé et hallucinatoire.

Des quartiers de pomme frelatée
Etalés sur les petits pavés
Me permettent enfin de gerber
Mon tout petit gentil dîner.
Et également mon Bailey’s
Je me levais d’un air gêné
Et dit aux gens de s’faire enculer
Avant de sortir m’aérer
Et tout ça et plus encore.

Je soulève mes pieds, dehors, à travers les amas de confiote à chier.

Je suis dehors, noyé dans la pâte de fruits lamentable parsemée de restes de corps de passants déjà morts à l’intérieur des membres. Ca devient une compote pomme fraise colorée avec le sang des individus inconnus de la foule grasse des lignes 15 et G. Ah bah merde alors, je vais vraiment galérer à rentrer chez moi avec tout ce bordel qui inonde les rues. Puis ça pue. C’est dégueulasse. C’est vraiment dégueulasse. Putain, mais comment je peux regagner ma rue. JE NE SUIS PAS CAPABLE DE REGAGNER MA RUE PUTAIN. LA PURÉE DE CORPS BLOQUE LA CIRCULATION ET QUELQUES GENS FOUS TRANCHENT LEURS VEINES POUR AJOUTER DU COLORANT À LA CHOSE.

Je finis mon verre et descends à la cave, le concert va commencer.
Track Name: MÉDITATION
Dans les sous-sols, un vieil homme s’arrache les poumons dans une tentative d’égayer les couloirs aseptisés du réseau métropolitain, avec un saxophone soprano en plastique blanc. L’égaiement est extrêmement méprisé, COMME TOUJOURS.
Track Name: SORTIE
Je vis dans le cliché parce qu’il me sert et me sied. Je me gave tel un canard en batterie. J’exploite jusqu’à l’explosion de mon bide mes torpeurs générées dans des moments de flottement ou d’extrême excitation.

Le bruit, c’est mes synapses qui se connectent. Autant vous dire comment tout le réseau électrique est fichu.

JE SUIS UNE CENTRALE.

Et c’est très bien.

Je me finis sur les derniers mots qui concluront avec force et véhémence cette galette. Les galettes, ça ne s’écoute pas, ça sert à rien. Nihilisme, ouais, trop hype ta vie. Nique sa mère l’espoir, je suis blasé de la life, et c’est super rassurant, et moins dur que de devoir faire un effort pour améliorer le système de régulation d’endorphines, de phéromones et autres termes scientifiques chiants que j’UTILISE SANS CESSE.

Comment s’émanciper ? En volant à autrui ce qu’on ne peut produire soi même et apprendre à le produire. L’économie de marché, bitches !